Vacances théologiques du Nouvel An à Vienne

Categories: Autriche

Du 29 décembre 2018 au 1er janvier 2019, le Point-Cœur de Vienne proposait des vacances théologiques pour entrer dans la nouvelle année ! Suzanne y a participé, elle raconte ces vacances « différentes ».

Qu’est-ce que le peintre Bruegel, l’objecteur de conscience Franz Jäggerstätter et le chorégraphe Neumeier peuvent avoir en commun ? Rien apparemment… pourtant tous ont permis à ceux qui ont participé aux « vacances théologiques » organisées par le Point-Cœur de Vienne de commencer cette nouvelle année avec une conscience affermie et renouvelée. Alors que des touristes du monde entier affluaient dans la capitale autrichienne pour valser sous les illuminations, nous étions une quinzaine à participer à ces vacances : autrichiens, français, suisses ou polonais, nous avons découvert Vienne à travers le regard de quelques « prophètes de notre temps ».

Qui sont-ils ceux qui aujourd’hui nous montrent le sens de notre existence ? Ces voix qui crient dans les déserts de notre temps ? Ces voix qui portent le Verbe ?
C’est un simple paysan, Franz Jäggerstätter, qui, au temps de la seconde guerre mondiale, a été fidèle à sa conscience et à refuser de servir dans l’armée allemande.
C’est un prêtre, Clemens Hofbauer, qui n’a pas hésité à quitter sa patrie pour aller en Pologne, abandonnant 20 ans plus tard, sur ordre de l’état, l’œuvre qui commençait juste à poindre.
C’est le peintre Bruegel, actuellement à l’honneur à Vienne, qui a su poser sur la société un regard tendre et ironique.
C’est le chorégraphe Neumeier dont nous avons découvert l’interprétation de l’Oratorio de Noël de Bach.
C’est aussi la communauté du Point-Cœur et leurs amis qui nous accueillaient et qui avaient préparé avec attention chaque visite, chaque enseignement, chaque temps de prière et chaque repas !

Pendant ces quelques jours, nous avons fait l’expérience d’un « Dieu concret, un Dieu qui existe, qui est entré dans l’histoire et qui est présent dans l’histoire; le Dieu de Jésus-Christ comme réponse à la question fondamentale du pourquoi et du comment vivre. »[1]Il nous revient désormais de suivre ces personnes qui vivent avec sérieux la mission qui leur a été confiée que ce soit dans leur famille, leurs amitiés, leur travail, leur art…

Suzanne A. 

[1]Benoit XVI, Audience générale du mercredi 28 novembre 2012

 Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Author: admin