Le 16 octobre 2014, Jean-Luc Pamart était notre invité pour ce dîner culturel sur le thème des poilus de la première Guerre mondiale. Des terres des tranchées aux terres cultivées, Jean-Luc Pamart fait mémoire…

Ces mots disent très simplement le cœur de notre soirée culturelle picardo-parisienne qui s’est jouée sur le parquet de la Maison Adrienne-von-Speyr le jeudi 16 octobre dernier. Jean-Luc Pamart, notre fidèle ami Paysan des poilus, avait accepté de mettre un frein à son tracteur et de faire une pause dans l’arrachage des betteraves pour venir plonger l’âme de nos invités au cœur même des tranchées de la grande guerre 14-18. Attablés autour d’un succulent rata du poilu gastronomique, nos presque quarante invités ont pu déguster les paroles de Jean-Luc dans un silence d’une rare gravité et émotion. Tantôt, nous étions au front foulant les terres de Confrécourt, recueillant les souffrances de l’absurdité d’une guerre. Tantôt, nous nous retrouvions à l’arrière dans l’ambiance retranchée des carrières à l’abri des obus contemplant les splendides sculptures et autres œuvres d’art que les poilus ont laissés dans la pierre. Petit à petit, nos cœurs se joignaient à ceux de ces camarades de tranchée attendant la paix salutaire. Et nos voix ne pouvaient qu’offrir à ce paysan un hymne aux poilus comme un baume sur ces plaies encore si présentes au creux des sillons de sa terre.

 

Hymne aux poilus (Extrait)
Alexandre Descours

Ô cœurs épuisés
Par l’absurdité d’une guerre

 Ô cœurs élevés
Aux rang de martyrs, tout offerts

 Ô cœurs exaltés
Mis à nus, découverts

Ô cœurs crucifiés
Au supplice du calvaire

 Ô cœurs surchargés
De boue, de glaise et de terre

 Ô cœurs abîmés
Traînés dans la poussière

 Ô cœurs submergés
Qui ont tant pleurés, tant soufferts (…)

 Ô cœurs de poilus,
Au cœur des tranchés

Ô cœurs de poilus,
nos amis si chers,

Corps à corps
cœurs à cœurs

 Soyez bénis !
Soyez bénis !
Soyez bénis !

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Author: Claire Lefranc