« Vous souvenez vous de Miguel ? « 

Accueil des enfants au Point-Cœur de La Havane

Après une année au Point-Cœur de La Havane, Héloïse nous plonge dans une rencontre simple avec cet adolescent Miguel, un après-midi fait de « riens » et pourtant signe de la fécondité d’années d’amitié.

… Après un long moment sans qu’il apparaisse au Point-­Cœur, nous le croisons finalement dans la rue. Nous discutons avec lui et prenons de ses nouvelles. Il nous dit qu’il ne va pas en cours depuis la rentrée parce qu’il y a un problème d’uniforme et qu’il s’occupe en faisant « des trucs » avec des amis… Nous lui proposons d’aller faire un tour à la maison où Alexandra est de permanence. Avec Yenny, nous continuons notre chemin. Miguel regarde le terrain de foot où il doit retrouver ses amis et prend la direction du Point-­Cœur. Il y passera l’après-­midi. Quand nous rentrons le soir, Miguel est dans la cuisine et aide Alexandra en épluchant, tant bien que mal, un boñato (sorte de patates douces). Il est là tout content de lui et nous montre ses deux coupures aux doigts, fruit de son travail. Le boñato, quant à lui, est toujours quasi intact. Mais cela ne le préoccupe pas. Il est fier de lui ! Le temps de terminer la préparation du dîner et nous disons à Miguel que nous allons prier les vêpres. Il nous accompagne alors spontanément dans la chapelle. Il chante avec nous tous les psaumes malgré sa voix qui mue et lui qui ne tient pas en place, reste tout tranquille. Un petit miracle que nous voulons célébrer en l’invitant à dîner, ce qu’il accepte. Nous passons tout le repas à rire avec lui. Il est l’adolescent dans toute sa splendeur ! Chaque histoire qu’il nous raconte à sa manière, nous fait rire et lui ravi d’avoir un public en rajoute encore et encore, mais il reste lui-­même. Il a un sourire radieux, il est heureux. Vient le moment de la vaisselle, Miguel ne s’enfuit pas, il nous anime en chantant, accompagné d’Alexandra et de la guitare. La vaisselle se transforme en un concert ou plus exactement, jolie cacophonie, des classiques cubains. Un moment tout simple et rempli de joie. Miguel nous dira que finalement ça peut être sympa la vaisselle. Quand il s’en va content, nous restons un petit moment à la regarder partir, le sourire aux lèvres. « Comme il a grandi ! », voilà ce qui vient rompre le silence… Ah ! comme ce moment que nous avons passé avec lui est bien plus précieux que tous les moments plus compliqués ! Rien d’extraordinaire dans cette soirée, et pourtant nous sommes là en ayant l’impression d’avoir vécu quelque chose de grand ! Et nous sommes heureuses pour cela. Heureuses de le voir serviable et de le voir prier avec nous, heureuses de voir comment son comportement a évolué, finalement heureuses d’être témoins de la fécondité d’années d’amitié avec le Point-­Cœur.

 

 Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Héloise duR. En mission à Cuba