Ritif et Michal

Des rencontres toujours inattendues, voici que Marguerite du Point-Cœur de Chengalpet, nous présente ces deux garçons que la Providence leur a fait rencontrer.

Michal

En avril dernier, alors que la communauté sortait de la messe, deux petits garçons, qui jouaient dans la rue, aperçurent « ces étrangères » et nous suivirent jusqu’à la maison. Ils revinrent tous les jours pendant quelques semaines, dès 7h du matin, trop heureux de pouvoir jouer au kapla et aux cartes, avant de s’absenter pendant de longs mois. Ce n’est qu’il y a quelques jours qu’ils sont revenus et que j’ai fait leur connaissance ! Deux amis inséparables et deux petits monstres courant dans tous les sens et envoyant quelques vulgarités aux autres enfants présents, ce qui provoque quelques bagarres. Ritif, le plus grand en âge (dix ans) et en taille, est le chef. Michal en a neuf. Ses petites jambes maigres ne l’empêchent pas de suivre son ami partout où il va ! Un soir, alors que nous les avions vu la veille dans la rue, très excités, fuyant un homme qui les menaçait de leur jeter une pierre, les parents nous appellent inquiets. Les enfants ne sont toujours pas retournés chez eux pour la nuit et ils nous tiennent presque responsables de cette disparition. Ce n’est que le lendemain, à midi, qu’ils les retrouvent. Ils ont passé la nuit dans une gare, seuls, sans avoir mangé. Deux jours plus tard, les parents de Michal, que nous ne connaissions pas, sont venus nous rendre visite. Ils étaient là pour découvrir où leur fils venait passer du temps après l’école, nous remercier et nous inviter chez eux. Michal était là, tout fier de nous présenter ses parents. Cette famille est hors du commun. Il y a dix ans, ce couple a fait un mariage d’amour, ce qui est encore peu accepté en Inde. Ils ont maintenant vingt-­huit ans et ont quatre enfants : quatre garçons tout aussi beaux les uns que les autres. Michal revient régulièrement à la maison avec un nouveau visage sur lequel se dessine, non pas un sourire moqueur, mais un sourire d’une profonde joie ! L’autre jour, il nous a conduit jusqu’à chez lui. Il me proposa de prendre mon sac. De plus, il prit le parapluie, l’ouvrit, leva très haut la main pour le mettre au-­dessus de ma tête et ainsi me protéger du soleil… Ils sont craquants, ces enfants. Malheureusement, nous n’avons pas revu Ritif depuis. Je le confie tout spécialement à votre prière. A dix ans, il est déjà impliqué dans tous les malheurs de la rue, alcool, drogue et ne va plus à l’école depuis deux mois. Gardons espérance car Dieu envoie de belles grâces, même au plus profond du gouffre, mais ne lâchons pas la prière !

 

 Facebooktwitterpinterestlinkedin

Marguerite F. Volontaire en mission en Inde