On est responsable de ce qu’on a apprivoisé.

Victoire est en mission au Point-Cœur de Procida. Tous les vendredis, elle traverse la baie de Naples pour se rendre dans un centre des Missionnaires de la Charité pour enfants :

Victoire, au milieu au fond, avec les enfants du centre

Tous les vendredis, je me rends au couvent des sœurs de Mère Teresa dans le cœur de la vieille ville, pour aider une quinzaine d’enfants, de six à treize ans, à faire leurs devoirs. Le temps d’aide aux devoirs est divisé en trois : nous prions tous ensemble, puis nous travaillons, chaque volontaire avec un, deux, trois enfants et, enfin, nous nous défoulons tous ensemble dans la cour du couvent. J’aime ce temps chez les sœurs, qui me permet de découvrir une autre réalité que celle de la plupart des maisonnées procidanaises et, quel que soit le nombre d’enfants qui se présentent, je suis toujours sûre de rentrer au Point-Cœur avec un cerveau qui bouillonne et un ventre creux. Ces enfants habitent dans le quartier des sœurs et ont une énergie débordante et des capacités de concentration et d’intériorité plutôt limitées. Souvent issus de situations familiales complexes, ils peuvent avoir des histoires d’immigration difficile ou d’absence parentale. De manière générale, ils sont peu suivis et ont besoin d’affection plus que de soutien scolaire. On s’attache très vite à tous ces petits rebelles aux grands cœurs malades et, les voici le 6 janvier déguisés à l’occasion de leur spectacle de Noël pour les parents. A ma gauche, vous pouvez voir Marie, une jeune fille de dix ans qui paraît bien plus grande et qui a du mal avec l’estime de soi. Je ne l’ai même pas remarqué au début mais Marie s’est particulièrement attachée à moi. Quand elle arrive en retard avec ses cinq copines, elle vient se poster devant moi avec un énorme sourire en attendant que j’accepte qu’on fasse ses devoirs ensemble. Marie m’a aidée à voir que, dans la vie, certaines personnes semblent nous choisir plus que d’autres, ou parfois on les choisit plus que d’autres. Car elles s’offrent à nous et entrent dans notre coeur avec une facilité étonnante ou parce qu’elles sont mises sur notre chemin à un moment particulier. J’apprends ici, ces derniers mois, à être attentive à ces choix. A Points-Coeur notre mission première est d’apporter une présence, une amitié gratuite, notamment aux personnes seules ou mises à part. Si je remarque qu’un enfant de Procida ou un ami du Point-Cœur s’attache particulièrement à moi et/ou que je pense d’une manière particulière à lui, alors peut-être s’agit-il d’un « apprivoisement » comme l’entend Saint-Exupéry. Et, comme ce dernier l’a bien compris, on est responsable de ce qu’on a apprivoisé. Aussi, si je manque d’être attentive à ces personnes, si je ne m’applique pas à leur apporter la présence de Points-Coeur et à prier pour elles, je manque à ma mission au sein de l’Association car c’est par moi qu’elle pourrait passer pour toucher ces personnes.

 Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Victoire L. volontaire en mission en Italie