L’Evangile fait chair

Arnaud est en mission au Point-Cœur de la Coroa à Salvador da Bahia au Brésil. A la rencontre des amis du quartier, il fait une expérience très concrète de l’Evangile. 

Domingo et la communauté du Point-Cœur

Sur le chemin, nous avons retrouvé un de nos amis de la rue, Domingo, la tête ensanglantée, des blessures aux genoux, sans chemise… Un homme semblait l’avoir battu, nous n’avons pas vraiment compris l’histoire et comment il en était arrivé là, car il était sous l’emprise de l’alcool ainsi que ses autres amis. Mais ce n’était pas l’essentiel, le plus urgent était de le soigner ! Après un long débat avec Domingo, ce dernier s’est enfin décidé à venir avec nous pour être soigné. Lui n’aspirait qu’à trouver un t-shirt pour être décent devant nous et pouvoir entrer dans notre maison. Après lui avoir administré les premiers soins,

J’ai demandé à Lucie de l’emmener à l’hôpital car sa blessure à la tète était profonde. Une fois chaussé et vêtu, le voilà avec une de ses amies qui voulait l’accompagner à l’hôpital. Après avoir cherché différentes voitures pour aider Lucie, nous nous sommes résolus à prendre le bus. Au même moment, une voiture remonte la pente : nous lui demandons de nous aider. Le chauffeur fait demi-tour pour nous ! En regardant de plus près son pare-brise, j’ai pu lire l’inscription suivante : « Deus e fiél » (Dieu est fidèle), quelle belle phrase !!! De retour chez nous, Domingo revient avec Lucie pour déjeuner et goûter le fejao que nous avons préparé entre temps avec plusieurs personnes seules ce jour-là que nous avions invitées !! Quelle belle ambiance. Durant tout ce moment, je me suis rappelé́ ces phrases de Mt. 25, 35-40 : « Car j ́ai eu faim et vous m ́avez donné à manger, j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire… Dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ». Ces paroles n’ont jamais été́ aussi vivantes, concrètes et d’une telle force pour moi. Et elles le seront jusqu’à la fin de mes jours.

Souvent les enfants ou des voisins passent le matin ou à n’importe quelle heure pour demander un verre d’eau ou un thé. La plupart du temps, c’est un prétexte pour rester un peu avec nous, discuter ou simplement les écouter. Ces phrases de Saint Matthieu n’ont jamais raisonné aussi fort dans mon cœur. « Um copo de agúa por favor ? » (Un verre d’eau s’il vous plait ?), parole concrète, action concrète qui sort tout droit de l ́évangile. Nous sommes là pour aider les gens du quartier, et part eux c’est Jésus que nous servons. Quelle joie de mettre en pratique les paroles du Christ.

 

 Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Arnaud de SP volontaire au Brésil