Le Bon Dieu est bien présent au milieu de la prison

A Dakar, les volontaires visitent une prison. A Noël, ils y ont organisé une messe et une crèche vivante, à Pâques, deux des prisonniers ont été baptisés. Vianney raconte :

La crèche vivante en prison à Noël, 2018

A Noël, nos amis prisonniers se sont vraiment prêtés au jeu et étaient enchantés de présenter l’évangile à leurs compagnons de cellules. C’était cocasse de voir un « bandit » en ange Gabriel ! L’après-midi se passa ensuite avec leurs amis musulmans. Qu’ils étaient heureux ! J’ai eu l’occasion de débuter une amitié avec François et Trésor. Ils m’ont ouvert les yeux sur la dure vie de détenu. L’ambiance au sein de la prison a l’air tout de même plus détendue que dans nos prisons françaises, mais les conditions sont sans doute plus terribles. Ils sont entassés dans des dortoirs de deux-cent, donc ils n’ont aucune intimité et ils doivent sérieusement en baver lorsqu’il fait 40°C. Il arrive souvent que leur peine soit trop élevée (deux ans minimum) pour leur motif d’accusation et, apparemment, ils sont parfois innocents (ça, seul Dieu le sait). En fonction des affinités, les gardes pénitentiaires peuvent leurs mener la vie dure (privation de coup de téléphone avec la famille, mise au cachot…) Et, pour finir, bien souvent, leur entourage coupe les ponts avec eux car leur situation sociale est inacceptable à leurs yeux. Ils se retrouvent donc très seuls et se soucient de leurs futurs, après leurs sorties. Comme l’a dit le curé lors de son sermon, le risque n’est pas les quatre murs qu’ils ont autour d’eux, mais ceux qu’ils se mettent en tête et c’est dans leur cri de désespoir qu’ils doivent se tourner vers Dieu. Je pense qu’ils l’ont bien saisi. On sent qu’ils se serrent les coudes et que la communauté chrétienne qu’ils constituent leur donne la force de tenir. Il suffit de les entendre chanter à la messe. Ils donnent tout, ils en font trembler les murs de la chapelle. C’est leur carburant pour la semaine ! On sort toujours de ces offices avec une pêche incroyable. Le Bon Dieu est bien présent au milieu d’eux. Leurs témoignages mènent à la conversion de leurs frères de cellules. A Pâques, il y a deux baptêmes et un protestant va devenir catholique !

 Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Vianney de L. Volontaire en mission au Sénégal