La prière, une expérience vraiment nouvelle

Au cœur de la Thaïlande, pays bouddhiste, la prière monte… celle du Point-Cœur de Bangkok où vit Astrid.

J’aimerais vous parler, dans cette lettre, d’un autre élément qui fait partie intégrante de ma vie quotidienne : la prière. Vaste sujet me diriez-­vous et peut-­être un peu audacieux mais je voudrais vous en parler car, sans cette dernière, ma mission serait bien différente. La prière est omniprésente dans notre journée. Le matin, départ pour la messe à 7h. Sur le chemin, qui est parfois bien long (et oui, le bus ne déroge pas à la règle de la fameuse circulation de Bangkok !), je prie les laudes, la prière du matin. Nous prions le chapelet en communauté après la sieste et nous prions les vêpres le soir, avant le dîner. Dans la journée, chacune d’entre nous trouve un moment de libre pour prier l’adoration pendant une heure, car nous avons la chance d’avoir, dans la petite chapelle de notre petite maison (comme dans les autres Points-­Cœur), la Présence Réelle. Et enfin, avant d’aller dormir, nous prions les complies après avoir remercié le Seigneur pour cette journée et demander pardon. La Thaïlande est un pays de religion et de culture bouddhiste, moins d’ 1% de la population est catholique. Notre présence dans le quartier pourrait donc paraître futile ou bien même stérile. Cependant, notre mission n’est pas de convertir les bouddhistes mais de prier pour eux. Notre prière et la présence de Jésus dans le tabernacle sont très importantes dans un quartier comme le nôtre. Aucune de nos journées ne se ressemblent mais toutes sont bien remplies ! Les heures passées dans les transports, l’apprentissage de la langue, l’exigence de beaucoup de nos amis quant à notre présence et notre aide, l’écoute de leurs confessions parfois difficiles à entendre ou à accepter, tout cela demande beaucoup d’énergie physique et mentale ! Les moments de prières sont alors des moments de calme, d’apaisement dans le tumulte de ma journée. Je me pose et je dépose tout ce que j’ai entendu et reçu au pied de Jésus. Je lui confie mes joies, mes inquiétudes, mes doutes. Dans certaines situations, nous ne savons plus quelle est la meilleure façon d’agir alors, ensemble ou chacune personnellement, on les confie au Seigneur afin qu’Il nous apporte une réponse ou un petit signe pour nous aider à prendre une décision. Ces moments de prières sont aussi l’occasion de prendre du recul et de ne pas agir dans la précipitation. Ce n’est pas évident à partager avec des mots mais la prière, qui est pour moi une expérience vraiment nouvelle, m’apporte une grande paix intérieure, un certain repos mais aussi du courage et de la force dans les moments de grande fatigue ou de découragement. Cependant, la prière n’est pas uniquement présente lorsque je suis dans la chapelle, au calme, elle m’accompagne aussi tout au long de la journée. Voici quelques expériences marquantes que je voudrais vous partager. Au tout début de ma mission, il y a plusieurs mois déjà, lorsque nous partions visiter nos amis dans le quartier, je ne comprenais strictement rien à la conversation. Parfois les filles me traduisaient mais pas toujours. Je me souviens d’une fois, en particulier, nous visitions une amie âgée et très pauvre, jaaj Lek, avec Hoa. Je ne comprenais pas ce qu’elle disait mais, à travers les expressions de son visage et le ton de sa voix, j’ai compris sa détresse. Alors, je me suis mise à réciter des Je vous salue Marie pour cette jaaj. Cette petite prière me permettait de participer, à mon niveau, à la conversation et elle me permettait aussi de rester présente et de ne pas m’évader dans mes pensées, ce qui est parfois tentant lorsqu’on ne comprend rien. C’était beau car je me sentais toute proche d’elle. J’ai appris ensuite qu’elle était très triste car une de ses filles était en train de mourir d’un cancer. Elle est morte quelques semaines après. Ma prière n’a pas guéri le chagrin de jaaj, ni le cancer de sa fille mais c’était ma façon de lui apporter quelque chose.

 

 Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Astrid R. En mission à Bangkok