Coro de los niños, des enfants redevenus enfants

Béatrice est en mission au Point-Cœur du Costa Rica. A la demande du curé de la paroisse, les volontaires se sont lancées dans une chorale d’enfants, une belle aventure…

Enfants de la chorale

Lors d’une réunion paroissiale interminable accompagnée d’Iliana, Padre Adrian, le curé de la paroisse, nous avait demandé d’organiser une chorale avec les enfants du quartier. A moitié endormies nous avions dit oui, sans vraiment nous rendre compte dans quoi nous nous engagions, avec seulement en tête l’idée de faire un petit remake des Choristes ! Quelques jours plus tard, lorsque l’on a commencé à chercher un guitariste, un chef de chœur, une trentaine d’enfants… nous avons compris dans quoi nous nous embarquions ! Nous avons donc commencé le temps des répétitions. À ma grande surprise, j’ai découvert une qualité chez les Ticos que je n’avais pas encore eu la chance d’observer, la ponctualité. Tous étaient là, dix minutes avant que commence la première répétition, au point de rendez-vous. Tous les enfants étaient motivés pour chanter. Après cette première répétition, qui s’était révélée être un succès, nous avions todas las pilas (expression tica qui signifie être super motivé) pour continuer. Mais, nous avons vite désenchanté dès la seconde répétition en voyant qu’il s’avère parfois plus difficile que prévu de coordonner une trentaine d’enfants prenant chaque non pour un oui ! De plus, ce n’était plus trente enfants que nous avions face à nous, mais à peine plus de quinze. Tous les samedis de répétition qui ont suivis étaient identiques, chaque fois moins d’enfants, jamais les mêmes… Heureusement, mes sœurs de communautés m’ont vite aidé à relativiser, à simplement faire confiance et lâcher prise, car c’était assez dur de rendre quelque chose, l’inquiétude commençait à monter peu à peu à l’approche du 24 décembre ! Mais, encore une fois le lâcher prise m’apprend bien des choses !

En effet, le 24 décembre, ça n’est pas une quinzaine d’enfants qui se sont présentés mais plus d’une trentaine. Nous n’avions plus assez de chapeaux et écharpes de Noël pour chacun d’entre eux. La surprise fut encore plus grande lorsque l’on vit qu’ils n’étaient pas seuls mais, au contraire, que toutes leurs familles étaient présentes, croyants ou non, tous étaient au premier rang de l’église en cette veillée de Noël. Lorsqu’est venu le moment de chanter, toute appréhension m’avait quittée laissant place à l’impatience. Ce fut un vrai succès, les sourires qui ornaient le visage de ces enfants, la fierté qui se lisait lorsqu’ils croisaient le regard de leurs parents, sont des souvenirs qui resteront gravés en moi pour longtemps. Cette belle expérience m’a montré qu’un OUI venant du fond du cœur, entraîne souvent une joie encore plus profonde.

 

Facebooktwitterpinterestlinkedin

Béatrice A. Volontaire en mission au Costa Rica