… À l’arrivée, quelle surprise !

Maria, Allen, Joseph et Ségolène (photo prise par Alexandre)

L’accueil qu’a vécu Ségolène à son arrivée au Point-Cœur de Manille, plongeon dans une nouvelle vie !

Ate Maria, Allen, Kuya Joseph et Kuya Alex m’accueillent comme une nouvelle petite sœur dans une famille. Ils ont tout préparé pour que je me sente directement chez moi dans ce pays, pourtant si différent. Tout est prêt, depuis ma brosse à dent sur mon oreiller, jusqu’à l’autel de la chapelle construit par Kuya Joseph le jour même. Les enfants aussi ont recouvert le mur de dessins : « Welcome Ate Ségolène ». Les voisins sont tous au courant de mon arrivée. Même les cafards et les souris semblent « être de mèche », puisqu’ils se sont cachés pendant une semaine, le temps que je me prépare psychologiquement à les recevoir dans ma chambre. Enfin, plutôt que je me fasse à l’idée que j’allais en croiser.
Un accueil tellement simple, comme je n’en connaissais pas d’autres. Sur le trajet de l’aéroport à la maison, Allen m’annonce que je vais devenir « very famous », en l’espace de dix secondes, le lendemain. Effectivement, quand je me réveille, les enfants sont déjà en train de crier mon prénom à l’extérieur de la maison. Petit moment de panique : « Ohlala misère, je ne vais pas savoir quoi leur dire, ni quoi faire avec eux. Ils ne me connaissent pas, au bout de deux secondes ils vont aller jouer ailleurs !! » Heureusement, la curiosité a eu raison de ma timidité, je suis allée affronter cette armée de piles électriques, chargées à bloc, pleine de vie et de bonne humeur. Autant vous dire que ce n’était pas décevant ! Ils sont tellement heureux d’accueillir un nouveau volontaire qui va jouer avec eux tous les jours ! Ils m’accueillent avec une simplicité enfantine, une grande joie, des danses, des chants, des jeux… Évidemment, je ne comprends pas un mot de ce qu’ils racontent, bien qu’ils répètent chaque phrase mille fois, toujours plus rapidement que la fois précédente, avec toujours plus d’insistance dans leur regard, comme s’ils attendaient que mon cerveau passe en mode « ON » pour les comprendre. Jour près jour, je découvre la vie de la communauté, celle du « Looban » (notre quartier) et l’association des deux qui mènent souvent à une adoration sur un « fond » musical (environ 200 000 décibels) de karaoké ou à un dîner de vingt minutes sans parler puisqu’on ne s’entend pas, mais aussi des hello dans tous les sens, des enfants qui sautent dans nos bras quand on n’a pas encore fait un mètre en dehors de la maison. Je découvre les enfants des différents endroits que l’on visite : fishport, under the bridge, on the bridge, Looban, Market 3…, toujours plus dynamiques les uns que les autres !

 

 Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Ségolène M. Volontaire en mission à Manille