Points-Cœur aux JMJ 2

Categories: Pologne

JMJ Cerase1

Cesare, Joseph, Angie, Martha, Albane, Anne-Sophie etc…

Unité de la Pologne, unité de l’Eglise, unité de notre petit groupe

Vendredi 22 juillet, nous partons de bonne heure, à 7h30 nous embarquons dans le bus. Direction Torun, petite ville charmante où nous avons l’occasion de visiter les trois principales églises. Dans chacune d’elles se trouvent des jeunes volontaires des JMJ se proposant de nous donner une visite guidée gratuite en anglais. Nous avons été très surpris par le fait que ces jeunes étrangers de divers pays viennent comme nous d’arriver en Pologne et ont appris en peu de temps tout ce qu’ils ont à nous transmettre sur ces églises ; et en plus de cela, ils parlent tous très bien anglais !

L’après-midi nous participons à notre première grande messe célébrée par l’évêque de Torun. L’église était comble et les textes du jour lus en plusieurs langues.

Voilà que nous embarquons à nouveau dans le bus, conduits par notre cher chauffeur direction Zielona Huta ou nous attend la famille de Pani Ania et Pan Marek, lieu où sont données les formations Point-Cœur chaque année. Plusieurs heures de bus nous attendent, Anaïs nous propose donc de faire un tour de grâces et moments marquants que nous avons déjà vécus jusqu’à maintenant.
Tous nous sommes touchés par l’unité qui règne entre nous malgré nos différences et la barrière des langues. Nous nous rendons compte qu’elle ne tient pas à des questions d’affinités ou de sensibilité mais que cette unité nous est donnée par un Autre. Nous sommes également heureux de partager notre joie avec tous ceux que nous rencontrons. La ferveur du peuple polonais nous encourage à approfondir notre foi, car nous nous rendons compte au fil de nos visites et rencontres que leur victoire sur le communisme venait de leur unité dans la foi. La sortie de la messe en a marqué plus d’un : les cris, les chants et les olas marquent déjà l’ambiance festive qui nous attend à Cracovie. L’Eglise est grande, l’Eglise est forte, l’Eglise perdurera !

Anaïs nous propose ensuite un enseignement sur Edith Stein, grande sainte polonaise du 20ème siècle, juive convertie au catholicisme, devenue carmélite, arrêtée à son couvent et déportée à Auschwitz où elle est morte. Infirmière pendant la guerre dans un hôpital, elle côtoie la mort de près, ce qui lui a permis de vivre pleinement la compassion et la charité chrétienne. Elle est un modèle de la recherche de Dieu et de la sainteté qui resplendit au cœur du péché de l’homme.

Week-end à Zielona Huta : la croix et l’amour

Magda

Les trois jours à Zielona Huta nous permettent de prendre du repos à la campagne et dans le cœur de Pani Ania, Pan Marek, Magda et Michal, leurs deux enfants. Ils nous ouvrent grands les bras. Plusieurs membres de la famille Point-Cœur de Pologne ont préparé avec eux cet accueil. Dans la tente où Jésus est présent, nous prions les laudes, les vêpres, l’adoration, et nous participons à la messe. Aux repas, nous échangeons beaucoup. Les balades et la journée à la plage sont de précieux moments pour vivre l’amitié. Le soir, nous nous réunissons pour une veillée culturelle. Les français, à travers le voyage du Petit Prince en France, présentent la Tour Eiffel, Napoléon, Edith Piaf, la Martinique et le Point-Cœur de la Maison Adrienne dans une ambiance très animée. Les italiens ont préparé une veillée d’une grande qualité pour faire aimer leur pays, sa poésie, ses pizzas et la danse napolitaine.

Michal

Si nous sommes heureux de nous reposer ensemble, nous sommes surtout touchés par l’amour de la famille envers nous. Ils mettent tant de soin pour que nous nous sentions chez eux. A la plage, Pani Ania et Pan Marek témoignent de leur vie chamboulée par le handicap de Magda et de Michal. Magda était donnée pour morte avant la naissance, Michal manquait d’oxygène, les deux ont survécu mais avec d’importantes séquelles. En fauteuil roulant, ils ont besoin d’aide pour tous les gestes de la vie quotidienne. La croix qu’ils portent est bien réelle, mais combien ces souffrances sont fécondes. A l’exemple du Christ, les parents sont véritablement morts à eux-mêmes pour que leurs enfants aient la vie. Confrontés sans cesse à l’inattendu, ils ne peuvent plus créer de grands projets comme avant, mais vivent chaque jour dans l’accueil de ce qui leur est donné. Pania Ania nous dit doucement : « Chaque jour, nous nous demandons ce que le Seigneur nous prépare ». C’est bouleversant de voir tous les gestes d’amour qu’ils se donnent, les regards, les caresses, les mots tendres. Cet amour est plus grand que tous les obstacles qu’ils ont rencontré. La famille déborde de joie malgré tout ce qu’elle a vécu. Magda et Michal rayonnent, ils répondent à leur manière à nos sollicitations, ils prient, chantent, rient avec nous. C’est un vrai mystère que celui de la souffrance. Ici, nous voyons à quel point elle a un sens, lorsqu’elle est vécue dans l’amour.


Lire aussi…

Points-Cœur aux JMJ 1
Points-Cœur aux JMJ 3

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Author: Claire Lefranc