Pèlerinage motard à Fatima

Categories: France

09_fatima_pele_fatima

Les quatre motards arrivés à Fatima

Depuis quelques années, l’Eglise m’a confié une mission : offrir au milieu motard la présence d’un prêtre, signe et serviteur de la compassion du Père. Aussi, depuis lors, je tâche d’être un humble tabernacle du Très Haut dans les « concentrations » et autres rassemblements motards, où j’accompagne ceux qui sont rapidement devenus des amis, notamment le MCP* « Les Deguns* », qui m’a accueilli en son sein, ou encore le Moto Club « Les Kudaciés de Marie Madeleine », qui organise tous les premiers samedi du mois de mars une bénédiction de motos à l’hôtellerie de la Sainte Baume. C’est un apostolat quelque peu aride (même si fort agréable pour un passionné) : je n’ai pas de statistiques brillantes à faire valoir… Aussi ma joie fut grande quand quelques amis se montrèrent particulièrement motivés par l’idée d’un voyage jusqu’à Fatima ! Pour diverses raisons, le groupe ne fut finalement pas bien grand : le 20 octobre, nous partîmes à 4, sur trois motos : Patricia, Didier et sa compagne Nathalie, et votre serviteur. Ce fut un long voyage : près de 5000 kilomètres en trois semaines, où le partage de la beauté de tant de paysages, ainsi que des difficultés de la route et de l’intimité des bivouacs offraient l’espace à la Présence de Celui qui nous rassemble, de façon toute discrète, mais bien réelle, ma Foi l’attestant.
Le 27 octobre, c’est avec une profonde émotion que je pus confier tous mes amis motards à l’intercession de Notre Dame, en célébrant la messe à l’autel de la chapelle des apparitions. Je fus particulièrement touché par la présence de Patricia, Didier et Nathalie, debout toute la messe célébrée dans une langue qui leur est inconnue, surtout après la confidence de Patricia : « sans toi, j’aurais fais mon possible pour passer au large de Fatima, mais avec toi, je tiens à assister à la messe » !

Père Philippe, Fraternité sacerdotale Moloka’i

*MCP : Moto Club Pirate, c’est à dire non affilié à la fédération.
*Degun : en provençal, degun signifie « personne », dans le sens de « rien ».

Facebooktwitterpinterestlinkedin

Author: Claire Lefranc