Pèlerinage sur les traces du Curé d’Ars

Categories: France

Nous avons lancé en novembre dernier l’idée d’un pèlerinage sur les traces du Curé d’Ars les 5-6 mars, saisissant l’occasion de l’Année Sainte de la miséricorde pour proposer de vivre ensemble la démarche jubilaire.

ArsGroupe2

Pèlerinage sur les traces du Saint Curé d’Ars

Avec Nina (Ex-volontaire polonaise au Honduras), rejoints par Jean, Bruno et Père Gaétan, soutenus par l’enthousiasme de parents et leur aide très concrète pour les préparatifs et l’organisation de ce week-end, nous avons vécu deux jours intenses, plein de beauté. La Providence, dans sa délicatesse, a voulu que la date choisie coïncide avec les « 24h pour Dieu », appel du Saint Père à vivre une démarche de prière et de pèlerinage plus intense en ce 4ème week-end du Carême ; l’évangile du samedi nous invitait à prendre l’attitude du publicain se reconnaissant pêcheur pour vivre ces deux journées.

Notre pèlerinage a commencé le samedi matin à Dardilly par la messe à l’église du village, suivie par la découverte de la maison natale du Saint Curé. Ce fut l’occasion de s’imprégner de l’atmosphère de l’enfance du Saint Curé, de voir combien le contexte de l’époque, l’éducation reçue par ses parents, les rencontres de sa jeunesse avaient été le terreau sur lequel sa mission si particulière de « dispensateur de la miséricorde » avait pu éclore malgré les combats et les difficultés.

Puis, sur ses traces, empruntant le chemin qu’il avait parcouru au lendemain de son ordination sacerdotale, nous avons pris la route d’Ars, alternant moments de discussion pour faire connaissance les uns avec les autres, silence, prière du chapelet, découverte du chapelet de la miséricorde, avec au programme… une trentaine de kilomètres à pieds !

Notre petit groupe oscilla entre 25 et 35 personnes, selon les moments du week-end avec un bon groupe d’anciens volontaires, des parents, des futurs volontaires, des amis invités par les uns et les autres, et une patrouille scoute qui nous rejoignit pour vivre le week-end. Le petit dernier de la patrouille, 12 ans, soutenu par les uns et les autres pendant la marche nous confie le soir non sans fierté : « J’ai battu mon record de kilomètres ! ». La météo fut plus clémente que ce que nous avions imaginé : une seule averse, des rayons de soleil à certains moments, et la grande beauté du ciel nuageux et de la lumière rasante du soleil couchant pour les derniers kilomètres de marche, dans la plaine, ciel orné de radieux arcs-en-ciel. Une telle splendeur ne pouvait être qu’un don du Ciel ! Après la prière des vêpres dans la petite chapelle du Sacré-Cœur, dédiée à la prière pour les prêtres du monde entier, l’abri du pèlerin nous accueillit pour reprendre des forces. Puis ce fut la veillée adoration et confession, avec les jeunes du Cenacolo ; ensuite départ « en convoi » dans la nuit jusqu’à chez des amis pour passer la nuit. Le lendemain, après un enseignement sur la vie du Saint Curé, le chemin continue vers le sanctuaire pour la messe, à la basilique souterraine où nous avons fait cette démarche jubilaire, passant ensemble l’humble porte Sainte du Sanctuaire (c’est la porte que le Curé d’Ars utilisait pour recevoir discrètement ses pénitents !). Après le chapelet qui nous emmena jusqu’au monument de la rencontre, nous avons reçu un enseignement sur la joie de la miséricorde. La maison du Saint Curé visitée, après un dernier goûter, nous prenions congés de nos amis et recueillions quelques signes manifestes de la Miséricorde de Dieu pour chacun des pèlerins.

Sr Aurélie, Servantes de la Présence de Dieu

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Author: Claire Lefranc