Noël au Point-Cœur de Dakar

Categories: Sénégal

Au Sénégal, pays musulman, Noël se fête différemment… Voici quelques fioretti d’un Noël sénégalais au Point-Cœur Sainte-Monique

Noël au Point-Cœur de Dakar, 2016

Noël au Point-Cœur de Dakar

Comment vivre Noël à Dakar, dans la capitale d’un pays à majorité musulmane ? Le temps de préparation ressemble plutôt au Carême. Ici, rien n’indique que Noël approche, les rues, l’atmosphère, les gens, la vie suivent leur rythme habituel, seule une poignée de catholiques commencent à se préparer à l’essentiel : « aller à la messe et se faire beau » !

Au Point-Cœur, les « toubabs »[1] préparent un sapin de Noël et une crèche, tous les personnages sont bien là, seul manque l’enfant Jésus. Olivier s’exclame : « Je sais pourquoi il n’est pas là !… parce qu’il n’est pas encore né ! ».

Chaque année, nous préparons une crèche vivante avec tous les enfants qui veulent participer. Ils demandent « Y aura-t-il un cadeau ? » et nous répondons : « Non, il n’y aura pas de cadeau, nous allons jouer pour Dieu. Qui veut jouer ? » et finalement tous jouent. Nous invitons tout le quartier et des familles amies d’expatriés pour voir le spectacle. Les déguisements sont magnifiques, les enfants se perdent un peu derrière la scène, la chorale ne sait pas trop quand elle doit chanter, mais peu importe, c’est Noël !

La messe à la paroisse commence à 22h mais les fidèles arrivent dés 16h ou 17h pour s’assurer une bonne place. La messe de Noël déborde de monde, il y a des écrans géants à l’extérieur de l’église avec des bancs et des tentes.

Le 26 décembre, nous sommes allés à la messe à la prison. Chaque année, c’est toujours aussi émouvant : quatre-vingt femmes participent à la messe dont seulement une quinzaine sont catholiques. Nous sommes au pays de la Teranga[2], les fêtes se célèbrent ensemble, musulmans et catholiques. Toutes sont très élégantes. Le plus incroyable est de voir la sous-directrice et les gendarmes chanter et danser avec les prisonnières : « Nous sommes dans une joie, dans une joie immense parce que Jésus nous a libérés. »

Pour la première fois nous sommes allés avec un groupe d’une douzaine de jeunes filles dans un monastère bénédictin. C’était insolite, du jamais vu pour ces filles, elles se sont senties complètement dépassées par la vie monastique. Pourquoi choisir une telle vie, pourquoi ces femmes n’ont-elles pas de boucles d’oreilles, de famille, d’amis… Pourquoi ont-elles tout laisser pour s’enfermer dans le silence ? « C’est un miracle » leur répond la moniale.

Et oui ! Noël, à Dakar, est un miracle !

[1] Les blancs, les européens

[2] Bienvenue

 Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Author: admin