Naples : accompagner les enfants à l’école

Categories: Italie

A Naples, dans le quartier d’Afragola, les volontaires visitent les familles et accompagnent les enfants du quartier, parfois jusqu’à l’école quand ils font l’école buissonnière.

Pio, un enfant du Point-Cœur, et Alice, volontaire française.

Gennaro a douze ans et nous l’avons rencontré avec Alberto alors que nous visitions la famille de ses voisins. Nous avons eu un bon contact avec sa maman qui rapidement nous a confié le souci qui la préoccupe beaucoup : le fait que Gennaro ne va pas à l’école. Ayant bien sympathisé avec Gennaro, nous avons essayé de parler avec lui et avons conclu qu’au terme d’une semaine entière à l’école, nous l’inviterions à déjeuner au Point-Cœur. J’étais sûre que cela le motiverait et que bien vite, il se remettrait à ses études, au nom de notre amitié naissante. J’ai été un peu présomptueuse en pensant que le simple fait qu’il nous ait appréciés, suffirait à le faire retourner à l’école. Ce même jour où nous l’avons rencontré, il a désiré nous suivre pour la messe. Selon moi, vu le premier contact que nous avions eu qui était excellent, je croyais à fond qu’il retournerait à l’école le lendemain même. Mais tout n’a pas aussi bien réussi que dans mon imagination. Le lendemain matin, alors que nous étions à la messe, je le vois arriver tout souriant dans l’église, à l’heure où il devrait être normalement à l’école… et il m’explique sans aucune gêne et avec un grand sourire qu’il n’avait pas envie d’aller à l’école mais qu’en revanche, il est très content de nous retrouver à la messe… grande déception de réaliser que notre marché n’avait pas porté le fruit espéré !! Cependant, avec Alberto nous ne l’avons pas lâché : plusieurs matins de suite, nous l’avons appelé pour l’encourager à aller à l’école et une fois nous nous sommes même pointés chez lui le matin pour l’accompagner jusqu’à la porte de l’école, bravant sa crise de larmes. Au bout d’une semaine (presque) complète de classe, nous l’avons invité à déjeuner. J’en étais tellement heureuse !!!! Et lui aussi semblait tellement content de passer un moment tout simple avec nous. Désormais, il s’est remis à aller à l’école avec plus de régularité. Je pense qu’il a été touché de voir que nous étions vraiment inquiets pour lui et qu’en devenant notre ami, son bien devenait notre préoccupation. Je suis toujours étonnée de voir combien, parfois, une relation de confiance peut naître si rapidement et si facilement. J’y vois la marque évidente de la Providence qui nous mène là ou il y a besoin de notre présence. 

Astrid E.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Author: admin