Groupe de filles 10-16 ans à Barrios Altos

Categories: Pérou

Stacy du groupe de jeunes de Barrios Altos

Au Point-Cœur de Barrios Altos à Lima, les filles de 10 à 16 ans commencent à se retrouver pour des activités de groupe, ainsi la confiance grandit et l’attrait de la rue diminue.

A Barrios Altos, les adolescents restent en bandes, et passent beaucoup de temps dans la rue, après les cours qui se terminent à 13h ou à 16h. Avec l’absence d’attention de la part des parents, les trafics de drogue, les veilles tard le soir, c’est à cet âge-­là que, très souvent, tout peut se passer. Au Point-­Cœur, nous accueillions les enfants, les jeunes, mais rien n’était proposé juste pour les ados, ou très ponctuellement, donc je ne les connaissais pas vraiment. Or, je voulais vraiment leur faire vivre quelque chose. Mais d’abord, gagner leur confiance, leur amitié. Avec Magdalena, nous avons commencé par parler avec les filles dans la rue, le soir, des conversations toutes simples. Peu à peu, la confiance a grandi, jusqu’au jour où j’ai demandé à trois d’entre elles si elles étaient partantes pour une soirée pizza. Vu leur enthousiasme, nous avons réservé un vendredi soir juste pour elles. Quatre sont venues : Fatima et Milagros (dix ans), Dayra (treize ans) et Cecilia (seize ans). Avec Magdalena, nous avons préparé toutes ensemble une pizza de A à Z puis, elles ont fabriqué des dizainiers en perles de bois de couleur, sauf une qui a préféré faire un bracelet pour son pied ! Nous avons dégusté la pizza, bien discuté, et terminé par une prière pour remercier Dieu pour ce bon moment et lui confier toutes nos familles. Elles ont trop aimé et nous ont don-­‐ né des idées pour la prochaine fois. Alors, nous leur avons ouvert une nouvelle permanence, cette fois, un vendredi après-­‐midi : Rosita, Denyse, Ariana, Stacy, Veronica et Viviana (un groupe un peu plus « dynamique » que l’autre), ont pu venir pour préparer un gâteau et décorer des verres avec du sel de couleur. Ces filles sont pleines de vie, de rêves, elles veulent vivre quelque chose de grand, mais la situation de leurs familles fait parfois ressurgir la violence en elles. Elles l’expriment par des insultes, des cris, des coups. Mais, c’est plus fort que moi, je les aime énormément ! Elles sont entrées dans mon cœur et je ne les lâcherai pas. Peu à peu, j’espère pouvoir leur transmettre tout ce que j’ai reçu sur l’amour, le couple, la famille, le mariage, à elles, dont les familles sont si divisées et qui sont à mille kilomètres de croire qu’un amour vrai est possible. Vendredi dernier, Matias, Sebastian, Josuar et Tatu aussi ont eu droit à leur premier après-­‐midi, que entre chicos (entre grands garçons), avec mes frères de communauté, Andrezj et Gaétan, un très bon moment pour eux.

Charlotte C., volontaire à Lima

 Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Author: Claire Lefranc