L’équipe de foot des « Soccer Boys » à Manille

Categories: Philippines,Vidéos

Depuis juin 2018, Alexandre et Joseph, volontaires au Point-Cœur de Manille, ont monté une équipe de foot avec une bande d’enfants rencontrés à Market 3, un bidonville au nord de Manille : les « Soccer Boys ». Alexandre revient sur la genèse de cette petite équipe. 

Buboy et Arnel

« Et si on formait une équipe ? »

C’est par ces simples mots jaillis du cœur de Buboy et d’Arnel, qu’est née l’équipe des Soccer Boys de Market 3, un bidonville situé au nord de Manille (Philippines). Du foot au pays du basket-ball !

Alors, en juin dernier, lorsque Didier Deschamps, le sélectionneur de l’équipe de France, lançait les bleus dans l’aventure en Russie, nous mettions sur orbite onze p’tits gamins, direction la planète foot. Leur quête ne se résumait pas à glaner une étoile de plus qui leur permettrait de rendre fier tout un peuple et de briller sous les feux des projecteurs. Non ! Leur désir est tout simplement celui de grandir, de s’épanouir et de s’ouvrir sur le monde au sein d’une nouvelle compagnie d’amis.

De l’art du ballon rond, ils n’avaient aucune connaissance, aucune technique. Aujourd’hui, à force d’entraînement et d’exercices sous le soleil qui tape et fait suer, ils alignent quelques passes, sont capables de frappes (pas encore très précises !) et se surprennent même à gagner des matchs. Du sport, ils ne connaissaient que Stephen Curry et ses compères de la NBA ainsi que Mani Pacquiao, le célèbre boxeur philippin. Maintenant, ils ne jurent que par Mbappé, Messi et Modric. Et même s’ils ont encore bien de la peine à garder des chaussures aux pieds le temps d’un match complet, ils prennent peu à peu racines dans le cœur de Dieu et y grandissent en humanité car ils mettent un point d’honneur à obéir à leur coach, à suivre les règles du football et surtout à s’abîmer dans une profonde et authentique amitié qui les conduit sur le chemin de l’école chaque jour et à la messe chaque dimanche.

Et le monde s’ouvre devant leurs yeux émerveillés. A l’occasion d’une sortie ou d’un match, ils sont fascinés devant les expériences naturelles d’un musée des Sciences, ils sont saisis par la beauté des œuvres et la vie du peintre philippin Joey Velasco, ils deviennent amis avec d’autres enfants de cultures différentes, ils éduquent leur palais à différents mets délicats (coréen, italien, chinois, français) et enrichissent leur cœur de mille rencontrent qui les conduisent inévitablement à l’action de grâce.

Il y a peu, la maman du capitaine – Kian – nous confiait, très émue, à propos de son fils : « Depuis qu’il appartient aux Soccer Boys, il est heureux de se lever le matin pour aller à l’école et motive les autres enfants. Il entraîne toute l’équipe à sa suite le dimanche pour aller à la messe. Ses yeux ont retrouvé de l’éclat. Il sourit. Il vit. Merci ! ». Dans le bidonville de Market 3, c’est tout un petit peuple qui s’identifie maintenant à cette dizaine de gamins qui inlassablement joue au ballon sur la bundok (montagne d’ordure amoncelées, haut-lieu de transit de la drogue locale). Il y a quelques jours, l’évêque en personne est même venu célébrer la messe en plein cœur du bidonville ne pouvant – dit-il – refuser l’invitation que lui avait transmise les Soccer Boys dans une lettre manuscrite émouvante.

Monseigneur Ambo David et les Soccer Boys à Market 3

 A notre cher Bishop, Nous vous demandons la permission de venir célébrer la messe à Market 3 parce que c’est là que nous habitons. Nous croyons que si vous venez bénir ce lieu alors la paix de Dieu viendra. Nous aimerions beaucoup vous présenter nos parents, nos frères et sœurs et toutes les personnes qui ont tant besoin de la paix. Nous savons que si vous venez dire la messe chez nous, beaucoup de vies vont changer, spécialement celles qui ont sombré dans la drogue. Nous espérons que plus aucune vie ne disparaisse à cause de la drogue lors des tueries qui ont lieu chez nous parce que beaucoup de gens innocents souffrent.

Nos amis de Points-Cœur nous ont dit que vous aimez les plus pauvres parce qu’ils sont aussi les enfants de Dieu. Cela veut dire que vous êtes notre ami. Et nous savons que Dieu est notre Père.

Merci infiniment pour votre mission en tant que Bishop ici à Navotas. Bonne année. 

Et nous, nous ne cessons de rendre grâce à Dieu devant ce miracle de l’amitié qui sauve. Une vraie miséricorde qui nous rappelle que le cœur, c’est Lui. Et lorsque l’un de nos Soccer Boys fait trembler les filets adverses, c’est comme une prière qui est offerte en un instant, un acte de foi renouvelé parce que, maintenant, ils célèbrent leurs buts les yeux levés au Ciel (comme Messi !) car disent-ils : « Sans le Bon Dieu, nous n’aurions pas de but dans la vie ! ».

En vidéo, quelques images de l’entraînement des Soccer Boys et l’interview de leur capitaine Kian (en Tagalog) : 

 Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Author: admin