Heidi, première Singapourienne, en mission à Sendai

Categories: Japon

Première volontaire Singapourienne, Heidi se présente et nous invite à faire le voyage de Singapour à Sendai où elle ira rejoindre le Point-Cœur du Japon :

Heidi, première volontaire Singapourienne

Heidi, première volontaire Singapourienne

 

« Je Le fuyais, le long des nuits et le long des jours ;
Je Le fuyais, dessous les arceaux des années ;
Je Le fuyais, à travers le dédale
De mon propre esprit »
(Francis Thompson, Le lévrier du ciel)

Je m’appelle Heidi, j’ai 26 ans et je suis une poule mouillée. Ou du moins, j’aime à me plaindre. C’est simple, je suis comme Jonas : Jonas qui fuit Dieu, qui demande à mourir dès que sa mission dépasse ce qu’il imaginait, qui abandonne Ninive et s’enfuit dans le désert, qui trouve refuge à l’ombre d’un arbre puis s’insurge grossièrement contre Dieu lorsque l’arbre meurt…. Je suis pareille, fuyante, peureuse, rancunière et attachée à mes petites habitudes.

Je vis à Singapour. Dans ce petit pays d’Asie, nous sommes mondialement connus pour être parmi les plus riches – mais aussi les plus bizarres, pour être d’excellents marcheurs – mais aussi insensibles et rarement heureux. A mes yeux ce n’est pas une critique, mais la confirmation qu’au milieu de la frénésie et des distractions de ce monde, le cœur humain a soif d’être comblé au-delà de ses désirs matériels. Je me suis construit une petite vie bien réglée, entre mon travail d’assistante sociale, mes classes de catéchisme le week-end et quelques heures de bénévolat à l’occasion. Comme l’homme riche au premier rang du temple, je me suis donnée bonne conscience en offrant de mon surplus d’argent, de temps et d’amour. Mais ce n’était pas assez pour Dieu, qui voulait que je lui offre jusqu’à mes deux trésors les plus précieux : mes attachements et mo- même. Il m’a donc conduite à Points-Cœur, où nous sommes appelés à vivre en missionnaires, dans un esprit d’abandon et de don de soi. Francis Thompson, Jonas et moi avons en commun que Dieu nous a patiemment attendus et recherchés, tout récalcitrants et indignes que nous sommes.  Nous avons eu à lutter contre nous-mêmes pour finalement faire un choix, celui de suivre ou non. Et même une fois que l’on suit, le combat n’est pas gagné.
Peut-être, chers lecteurs, vous identifierez-vous à mon histoire, et voudrez-vous bien m’y accompagner. Je me permets donc humblement de vous demander votre soutien, alors que je m’apprête à partir pour Sendai au Japon – ville ravagée par le tsunami de 2011 que ses habitants tentent vaillamment de reconstruire. Ensemble, ce sera à notre tour de chercher et d’attendre, de guetter Dieu dans le visage de son peuple.

Et j’ai hâte ! J’ai hâte de partir. J’ai hâte de rencontrer mes amis là-bas. J’ai hâte de trouver l’amour qui patiemment m’attend….

 

« Lève-toi, prends Ma main, et viens !
Ah, le plus fol, le plus aveugle, le plus faible,
Je suis Celui-là que tu cherches !
C’est l’amour que tu repoussais, toi qui Me repoussais. »
(Francis Thompson, Le lévrier du ciel)Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Author: Claire Lefranc