Dîner Culturel « Marine et Poésie »

Categories: Evènements culturels,France

Jeudi 16 octobre 2014, une soixantaine d’invités sont venus au Château de l’Aumérade à Pierrefeu-du-Var pour écouter l’Amiral Loïc Finaz partager son expérience et sa double passion : la mer et la poésie.

Spécialisé dans les Opérations et la “Lutte sous la mer”, Loïc Finaz était dernièrement directeur du Centre d’Etudes Stratégiques de la Marine (CESM) et commandant de la Marine à Paris (COMAR Paris) avant d’être nommé directeur du Musée de la Marine en septembre 2014. Depuis le 1er août, Loïc Finaz est Amiral de la Marine française. Il est aussi écrivain et poète, et vient de publier son cinquième ouvrage : « Que seule demeure la Poésie du Ienisseï » paru en juin 2014 aux éditions « Equateurs ».

Trois escales ont rythmé cette croisière-gourmande :

« La Terre est bleue et l’avenir de la terre est la mer. » concluait l’amiral Finaz à la première escale sur le fait maritime. Une bonne nouvelle pour la France qui est la deuxième (et bientôt première) puissance maritime même si elle l’ignore encore à cause de sa tradition continentale très forte. La France est le seul pays au monde sur lequel le soleil ne se couche jamais ! Une belle espérance pour notre pays si nous acceptons de tourner le regard vers le large…

A la seconde escale, l’amiral Finaz a approfondi la vocation de la Marine par quelques associations de mots improbables mais très profondes telles que :

  • La bienveillance et l’exigence.
  • La fonction propre à chacun et la responsabilité commune à l’ensemble de l’équipage.
  • La hiérarchie et la participation qui offrent à elles-deux une efficacité souvent salutaire et une confiance qui transcende les échelons.
  • Le marin et le moine dont les vies présentent quelques parallèles : dans des lieux de spiritualité forts (la mer ou le monastère), structurée par des quarts ou des prières, et dans un paradoxe permanent de solitude et de vie communautaire (ou d’équipage).

La dernière escale nous a bercés de quelques poèmes récités par l’amiral Finaz. Il venait de nous dévoiler la naissance de sa vocation d’écrivain et de poète sur les bancs de l’école de guerre pour vaincre l’ennui des cours de théorie du signal et après la lecture d’un roman de Robert Merle. Depuis, il écrit en mer quand sa femme lui manque ou à terre quand la mer lui manque…

Brillant mais modeste, carré mais plein d’humour, profond mais les pieds sur terre et surtout le cœur en mer ; un cœur de poète et de père pour ses hommes d’équipage… Merci Amiral !

 


Lire aussi…

> Interview de l’Amiral Loïc Finaz : « La poésie de la mer »Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Author: admin

Laisser un commentaire