Camps d’enfants en Grèce

Categories: Grèce

Le Point-Cœur d’Athènes organise chaque année un camp pour des enfants démunis, d’autres communautés demandent aussi aux volontaires du renfort pour l’organisation de leurs propres camps… Agnès a ainsi participé à deux camps d’enfants :

Le camp à Tinos

L’été a commencé ici et les enfants finissent l’école début juin en Grèce. Pour cette raison, les Frères Maristes, que l’on aide chaque mercredi dans leur centre d’aide et de soutien scolaire aux enfants (immigrés d’Albanie pour la plupart), ont organisé un camp pour les enfants, étudiants dans leurs deux écoles d’Athènes, sur l’île de Tinos, pendant dix jours. Ils nous ont invités à les aider. J’y suis allée avec Santhosh (les autres volontaires devant rester pour laisser une présence au Point-Cœur) et ai ainsi eu la chance de découvrir plus profondément le charisme de nos amis Maristes, la générosité des enfants d’un milieu plus favorisé et la langue grecque. Car, seuls, les Frères parlaient français durant ce camp et les enfants, très curieux de mes origines, ont pris beaucoup de plaisir à m’appendre leur belle langue et leur culture. Chaque erreur de ma part les faisait entrer dans de grands rires et de grandes discussions sur la meilleure façon de mettre l’accent sur telle syllabe ou telle autre. Bien sûr, il n’était pas évident de suivre ces petites boules d’énergies partout et de rester concentrés sur tout ce qu’ils voulaient nous raconter, sur leurs questions à propos de la France, de les gronder en grec pour leurs bêtises en leur expliquant que leurs petits sourires adorables pour nous attendrir ne sauraient les empêcher de dormir à l’heure prévue pour tenir toute la journée ensuite.

Les adieux furent bien difficiles pour ces jeunes adolescents (treize ans environ) et plein de larmes, mais pour nous, à peine arrivés chez nous, nous repartions pour un autre camp que nous avons organisé nous-mêmes, cette fois, avec tous les enfants que nous connaissons comme Klaudia, Anna-Maria, les petits voisins Afghans et d’autres. Et quelle joie ! Bien sûr la fatigue était au rendez-vous, mais la joie de voir tous ces enfants cabossés par la vie, oublier leurs soucis un instant et être simplement des enfants qui s’amusent comme tous les autres comblait toutes les fatigues ! Nous sommes bien reconnaissants au Seigneur de nous avoir offert cette grâce, car le projet était très bien mal parti au début et des fonds inattendus nous ont finalement permis de partir avec les enfants.

Agnès B.

 Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Author: admin