Video : Camp pour les enfants au Jardin de la Miséricorde

Categories: Inde,Vidéos

Priya et Shiva

Mi septembre, profitant d’une semaine de vacances d’école, les volontaires de Kasimode et Chengalpet ont invité une vingtaine d’enfants à venir passer trois jours au Jardin de la Miséricorde. Depuis quelques années, Aymeric, laïc consacré, fort de ses années d’expérience, utilise la pédagogie du scoutisme comme fil rouge de ces camps. Alors, il faut voir la joie des enfants qui, à peine débarqués du minibus, reçoivent leurs uniformes, enfilent bérets et foulards et sont répartis en patrouilles de six ou sept. Puis, c’est parti pour trois jours de jeux, activités scientifiques et autre course d’orientation, avec apprentissage de la boussole. Chaque patrouille rend aussi des services à tour de rôle : vaisselle, épluchage des légumes, coup de balai après les repas… La patrouille des filles, menée de main de maître par Arthi, une voisine de notre maison de Chengalpet, a brillé par son efficacité et son assiduité. Avec un peu d’ingéniosité, elles ont même trouvé une solution pour Gifta qui n’atteignait pas le robinet : une grosse casserole, posée à l’envers, lui a tout simplement servi d’escabeau ! Un des garçons m’a particulièrement marqué. Il s’appelle Shiva. En fait, il n’aurait pas dû venir car il suivait des cours de soutien tous les matins pendant les vacances. Mais les volontaires de Kasimode, connaissant sa situation de famille difficile, se sont arrangés pour que l’un d’eux arrive un peu plus tard, en transport en commun et amène Shiva, après la fin des cours. Son physique maigrichon ne laisse pas de doute sur le fait qu’il ne doit pas beaucoup manger chez lui. Et vu son énergie, parfois son insolence, ses parents doivent être bien dépassés dans leur éducation. Nous le fûmes parfois aussi… Mais, d’un autre côté, il est tendre et recherche tellement les marques d’affection, notamment de Priya, une jeune femme indienne, étudiante en droit et qui habite au Jardin. Si le camp n’avait été organisé que pour lui, cela en aurait valu la peine. Ces trois jours furent une respiration pour lui, comme pour les autres, profitant du grand air et de la présence bienveillante de chacun des volontaires.

Alexis D., en mission au Jardin de la Miséricorde

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerFacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Author: Claire Lefranc