Camp avec les enfants de Deva, Roumanie

Categories: Roumanie

Au Point-Cœur de Deva en Roumanie, nous avons eu la joie d’accueillir Père Jean-Marie, Fraternité sacerdotale Moloka’i, et trois jeunes Allemands pour un camp avec des enfants. Nous avons alors embarqué huit enfants à quelques kilomètres de Deva. Un week-end bien intense et très fort ! Le père et les jeunes sont venus juste pour le camp, ne connaissant ni la langue ni les enfants, mais la simplicité des enfants et la grâce de l’Esprit Saint ont fait que cela n’a pas été un problème pour eux. C’était vraiment très beau de les voir s’amuser avec les enfants, être proches d’eux sans connaître la langue. C’était le week-end de la Pentecôte, et nous avons décidé de passer la nuit devant le Saint-Sacrement, une heure, un enfant et un adulte ! Chaque enfant s’est réveillé avec grande joie, bien que le réveil soit toujours difficile pour tout le monde, pour préparer son âme à recevoir l’Esprit Saint. Ce week-end a été très fort, au-delà de la barrière de la langue, nous avons fait une telle expérience de communion, et d’unité. Et comme l’a dit le Père Jean-Marie, l’unité de ce camp était le Christ, présent en chacun de nous.
Monica, onze ans, enfant à la Maison d’enfants que nous visitons chaque dimanche : un caractère bien trempé, qui cache un besoin d’attention et d’affection important. Elle sait bien faire sa tête de mule, mais elle sait surtout être si touchante et serviable. En rentrant d’une balade, elle me dit : « Ce este Jertfa ? » (C’est quoi le sacrifice ?), en lien avec le texte de la consécration de la messe. Je tente alors de lui expliquer comme je peux, elle semble mieux comprendre. Je sens en elle une recherche de sens, et de vérité. Elle me touche beaucoup.
Leo, douze ans, lors de la présentation de chacun, nous témoigne de la séparation de ses parents. C’est pour cela qu’il vit dans la Maison d’enfants, parce que son père travaille et ne peut pas s’occuper de lui avec son frère. J’étais si étonnée de l’entendre parler si simplement de ce qu’il porte dans son cœur, devant tout le monde.
La vie dans ce village roumain a l’air bien difficile, il est isolé dans la montagne, et il y a peu de passage. Vivent beaucoup de personnes âgées, et trois enfants, dont Mihai, qui était si heureux de pouvoir jouer avec les enfants, et si triste et seul quand ils sont repartis. Un soir, je suis allée demander de l’huile à deux voisins, c’était si fort ! Ils n’ont pas grand-chose, mais sont prêts à donner tout ce qu’ils ont, leurs âmes sont si simples et si généreuses. Je ne peux arrêter cette dame qui remplit le bol d’huile alors que j’ai juste besoin d’un peu pour assaisonner la salade. C’est comme si elle me donnait de l’or, elle donne cette huile avec tant d’amour !

Anne-Charlotte, volontaire en mission au Point-Cœur de Deva

©Photos de Jean-Marie Porté

 Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Author: Claire Lefranc