Accueil des enfants au Point-Cœur de Naples

Categories: Non classé

Alice est en mission au Point-Cœur Don-Bosco d’Afragola, elle nous présente les « enfants terribles » qui aiment passer au Point-Cœur sur le chemin de retour de l’école : 

Partie de Scopa au Point-Cœur d’Afragola

Ciro (« Chiro »), neuf ans, est l’un de ces enfants terribles du quartier. Puisqu’il aimait ma bague (un anneau en toc) je la lui ai prêtée jusqu’à ma prochaine visite : c’était comme un pacte entre nous. Il l’a perdue, et ce qui m’a marqué c’est qu’il avait l’air très conscient que, plus que ma bague, c’était peut-être ma confiance qu’il aurait pu perdre : il guettait ma réaction avec des yeux inquiets… Ces moments de grâce dans un regard ou une parole d’un ami napolitain me confortent dans le charisme de Points-Cœur, dans cette foi en l’amitié. Car voir ce Ciro qui, d’habitude, joue aux durs, redevenir volontiers un enfant dans ce regard soucieux de l’essentiel… ça remplit d’espérance pour au moins les mille ans à venir !

Mais nos enfants terribles les plus fidèles, ceux qui sont toujours chez nous (pour jouer, prendre un repas, cuisiner ensemble) sont Pio et son frère Renato, Marco et Carlo. Quand on les entend arriver vers 14h (l’heure à laquelle l’école finit), mon espoir de faire une petite sieste, avant de commencer les visites, s’évapore. Mais, en fait, il n’y a rien qui me prépare mieux aux visites que l’attention qu’on porte à ces chères petites tornades napolitaines. C’est toujours ça le sens de la mission : se décentrer de nos propres attentes pour être pleinement disponible et réceptif à la réalité telle qu’elle se présente. Renato et Pio m’ont appris à jouer à la Scopa, le jeu de cartes napolitain. J’ai toujours un peu de mal à les comprendre car ils parlent plus le dialecte que l’italien, mais autour d’un jeu c’est plus facile !

 Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Author: admin