34ème session du conseil des droits de l’homme : l’éducation aux droits de l’homme

Categories: En direct de l’O.N.U.

La 34ème session du conseil des droits de l’homme s’est terminée fin mars, après quatre semaines dédiées à de multiples enjeux globaux et des problèmes plus localisés, surtout en lien avec les conflits armés. Points-Cœur a suivi certaines discussions et apporté son soutien à diverses contributions de la société civile.

Un des panneaux de l’exposition

Le 6 avril, Soka Gakkaï International (SGI), le groupe de travail d’ONG sur l’éducation et la formation aux droits de l’homme (HREL) dont Points-Cœur fait partie, la plateforme pour l’éducation et la formation aux droits de l’homme ainsi que HRE 2020, ont lancé leur exposition au sein du Palais des Nations a Genève. Baptisée «Transforming Lives : the Power of Human Rights Education », elle a duré jusqu’au 17 mars et devrait par la suite se déplacer à plusieurs endroits du globe. Commémorant le cinquième anniversaire de l’adoption de la Déclaration des Nations Unies sur l’éducation et la formation aux droits de l’homme, l’exposition est constituée de divers panneaux touchant à l’émergence de ce droit, aux organes internationaux et à plusieurs cas pratiques, comme en Turquie. Le but premier est bien sûr de rappeler le rôle de l’éducation aux droit de l’homme dans le développement d’une culture qui fait la promotion de la dignité, de l’égalité et de la paix sur la base des droits humains et qui affronte les abus et la violence. Une telle exposition permet de relever l’impact réel de la promotion de ce droit et de rappeler l’importance de son application dans le monde d’aujourd’hui.

Points-Cœur a par ailleurs soutenu différentes interventions d’organisations partenaires lors de déclarations écrites ou orales. Pour commencer, toujours dans le domaine de l’éducation aux droits de l’homme, le groupe de travail HREL est justement intervenu pour rappeler l’importance de suivre l’implémentation de ce droit lors du débat général du conseil. De plus, des interventions au sujet de la mortalité maternelle, de l’accès aux traitements ont permis à des organisations comme Caritas Internationalis ou Associazione Comunità Papa Giovanni XXIII, appuyées par leurs partenaires, de participer activement aux discussions. L’International Catholic Migration Commission a en outre présenté une intervention afin d’appuyer les dernières démarches entreprises sur le plan international pour la cause des migrants. C’est le cas de la déclaration de New York pour les régugiés et les migrants adoptée en septembre 2016 et servant de base à des mesures concrètes dont un pacte mondial d’ici 2018, en accord avec le programme de développement durable à l’horizon 2030.

A propos de ce dernier sujet, Points-Coeur a assisté à l’événement organisé par le Saint-Siège à Genève, Caritas Internationalis et International Catholic Migration Commission, autour du thème crucial des mineurs non accompagnés sur le chemin de la migration. Un article plus complet y est dédié. Bien sûr, ce sont autant d’autres enjeux décisifs et actuels qui ont été discutés lors de cette 34ème session du conseil des droits de l’homme, touchant notamment à la liberté de religion ou de croyance, au droit à travailler, à l’environnement ou encore au conflit en Syrie. En juin, la prochaine session réunira à nouveau délégations des pays membres du conseil et société civile pour de nouvelles discussions et prises de décision. Points-Cœur veillera particulièrement à ce qui se fera à propos du droit à la solidarité internationale, dont la déclaration finale sera présentée par l’experte indépendante, Virginia Dandan.

Siméon R., stagiaire Points-Cœur à l’ONU

Voir les autres panneaux de l’exposition en ligne.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Author: admin